De la guerre à la paix économique

L’ouvrage de Bernard Carayon, “Patriotisme économique, de la guerre à la paix économique” vient de sortir aux éditions du Rocher.

Et comme c’est encore Monsieur Carayon le mieux placé pour nous décrire cet ouvrage (et aussi surtout parce que je n’ai pas eu cet ouvrage entre les mains…), je lui cède la place.

LE LIVRE: Selon ses plus ardents défenseurs, la mondialisation, par l’ouverture des marchés, est en elle-même la garantie de la prospérité et de la paix, et conduit naturellement à la disparition des Etats-nations. Pour l’auteur, il n’en est rien: c’est plutôt le mythe du Marché bienfaiteur universel qui a vécu! Depuis la fin de la «Guerre froide», la guerre économique, «guerre sans images et sans visage», se joue sur tous les théâtres et selon tous les modes: entre entreprises mais aussi entre Etats, au sein des organisations internationales gouvernementales ou non gouvernementales, par le pillage technologique, le dumping fiscal et social ou par des déstabilisations. Avec une intensité et une brutalité jamais atteintes, et le plus souvent soigneusement dissimulées. Bernard Carayon décrit avec autant de passion que de précision les ressorts et les outils de ce «capitalisme en guerre», auquel ni la France, ni l’Europe ne s’étaient suffisamment préparées. Il plaide pour un «patriotisme économique», vraie éthique de l’action à l’aune d’une nouvelle ère économique: celle du «post-libéralisme».

L’AUTEUR: Bernard Carayon, 48 ans, avocat, est député (UMP) du Tarn et Maire de Lavaur. Rapporteur du budget de l’Industrie, puis du renseignement à la Commission des Finances de l’Assemblée nationale, il construit dans ses rapports parlementaires et ses publications une politique publique d’«intelligence économique», dont il est devenu en France le spécialiste incontesté. Promoteur du «patriotisme économique», il est président de la Fondation d’entreprises Prometheus, dédiée à l’analyse des enjeux de la mondialisation, qu’il a créée avec le concours de dix des plus grands groupes industriels, financiers et bancaires, français et européens.

Vu sur bcarayon-ie

Aucun commentaire pour le moment.

Laisser une réponse