Classé « Secret économique »

L’intelligence économique : une nouvelle culture pour un nouveau monde,
d’Éric Delbecque, PUF, 2006.

Dans « l’affaire Clearstream 2 », il est un nom – celui d’Alain Juillet, haut responsable chargé de l’intelligence économique et institutionnellement placé au SGDN (Secrétariat général de la Défense nationale) – qui remonte à la surface chaque jour davantage : rappelez-vous, en mars dernier, il aurait reconnu lors de la perquisition de son bureau avoir détruit un dossier clearstreamien. Pour un responsable du renseignement économique – et comme dit la chanson de Brassens -, « ça la fout mal »… À moins de comprendre que l’intelligence économique est aussi une affaire de désinformation…

Alors qu’entend-on par « intelligence économique » (I.E.) ? Si l’on s’en réfère à ce même Alain Juillet, « l’intelligence économique consiste en la maîtrise et la protection de l’information stratégique pour tout acteur économique. Elle a pour triple finalité la compétitivité du tissu industriel, la sécurité de l’économie et des entreprises et le renforcement de l’influence de notre pays ». Voilà donc le nouveau triptyque républicain, à la sauce quelque peu mondialisé : compétitivité-sécurité-influence.

Pour mieux comprendre, saisissons-nous de l’ouvrage d’Éric Delbecque : tout d’abord, l’I.E. est née d’une « mutation conflictuelle endogène du capitalisme, liée à la difficulté accrue de conquête des marchés, c’est-à-dire au coût de conservation ou d’acquisition d’un avantage comparatif dans le cadre d’un monde globalisé ». Pour l’I.E., la notion de « guerre économique » n’est pas un vain mot ; c’est même l’unique façon de définir l’économie actuelle. Et dans cette guerre, la compétence stratégique est essentielle. L’I.E. est donc cet « instrument de puissance qui éclaire de façon décisive la prise de décision ». En d’autres termes, il s’agit de créer le mécanisme décisionnel le plus performant possible, en analysant le plus rapidement et le plus justement possible l’environnement dans lequel les entreprises évoluent. « Il faut considérer, écrit l’auteur, l’environnement comme une variable stratégique en permanente reconfiguration et sur laquelle l’entreprise peut agir, voire même contribuer à façonner, par la maîtrise de l’information. » Donc une intelligence au service du savoir pour mieux être au service du pouvoir. Là où l’« intelligence » et le « renseignement » fraternisent, c’est dans le fait de se penser en termes de réseaux. On est loin de la simple cellule de veille peuplée d’experts. Le dispositif de l’I.E. est d’autant plus efficace qu’il mobilise quantité de non-experts et irrigue les territoires les plus arriérés.

Alors concrètement, qu’est-ce qu’on cherche ? Entre autres, un positionnement original pour l’entreprise ; l’opportunité de partenariats stratégiques et de fusions-acquisitions ; la création d’une logique de réseaux interentreprises ou public-privé ; le développement de produits de substitution ; la découverte d’une technologie de rupture – vu l’action « darwinienne » du progrès technologique ; l’identification de nouveaux cycles de formation ; l’anticipation sur l’évolution des métiers, sur les nouvelles modalités de management… Sans oublier les moyens de lutter contre le débauchage de cadres, l’espionnage industriel, la concurrence déloyale…

Il est donc temps, si l’on en croit Éric Delbecque, de se saisir de l’enjeu de l’I.E. car c’est là où s’élaborent les règles et les normes de demain. Sur ce dernier point, reconnaît-il, il importe de ne pas se leurrer : « l’intelligence économique est un patriotisme économique ». Et Bernard Carayon (auteur du rapport Intelligence économique, compétitivité et cohésion sociale remis à Jean-Pierre Raffarin en 2003), d’ajouter que le « patriotisme économique n’est pas une idéologie mais une politique sociale ».

S’intéresser à l’I.E revient également à interroger les mécanismes de l’action collective et à déceler sa préférence pour l’immobilisme ! En effet, pour innover, il faut « non seulement s’opposer à des intérêts, à des structures de pouvoir et à des habitudes, mais aussi à des modèles intellectuels, à des matrices idéologiques et à des boucliers affectifs ». Mais surtout, s’intéresser à l’I. E c’est d’abord prendre conscience que nous sommes menacés. Voilà le fond de l’affaire : derrière l’intelligence, la peur. Car voyez-vous qui dit intelligence performante dit sens phobique très développé. En somme, l’I.E. ou de l’art de s’inquiéter avec réactivité, méthode et créativité.

Auteur :  Cynthia Fleury
Source : L’Humanité – Le 31 mai 2006

Aucun commentaire pour le moment.

Laisser une réponse