Chat d’Alain Juillet sur l’intelligence économique

Le 20 février, Alain Juillet, Haut Responsable à l’Intelligence Economique s’est livré au petit jeu des questions / réponses avec les internautes dans le cadre d’un chat (prononcer “tchate”) intitulé “Les enjeux de l’intelligence économique“.

Un moyen un peu plus informel de répondre aux questions que des spécialistes peuvent poser sur l’intelligence économique en ligne direct avec son plus haut représentant français.

Je ne vais pas reprendre les questions et les réponses une à une car quoique l’on en pense ce chat est resté trés trés trés consensuel… “L’IE c’est super”, “Un peu de sensibilisation et ça va rentre dans les moeurs”. Un discours assez convenu donc, et en tout cas bien maîtrisé, qui a le mérite d’être clair même si plus ça va plus je me dis que sur le terrain le retour est vraiment tout autre.

Par contre, et là est la seule raison de mon billet de ce jour, il y a une chose qui m’a outré / offensé / énervé / exaspéré et autres qualificatifs. Quelque chose que je ne peux pas laisser dire de qui que ce soit, y compris du HRIE… Une aberration qui fait que tous les jours je suis confronté à ce genre d’écueils dans le cadre de tâches professionelles quotidiennes.

Je cite le chat :

anne : Bonjour, Quelles solutions préconisez-vous pour les entreprises intéressées par l’IE pour mettre en place une démarche de veille à coût zéro ?

Alain Juillet : Utiliser les moteurs de recherche gratuits et les portails et systèmes mis en place par les chambres de commerce. Un bon veilleur arrive à récupérer beaucoup d’informations sans les acheter.”

D’abord je ne comprends pas la question! Quand vous organisez un buffet, vous payez le foie gras, les petits fours et le champagne non? Si vous engagez une démarche de veille c’est que vous en attendez quelque chose de précis, que vous avez un besoin identifié / chiffré… Pourquoi donc voudriez vous que ce soit gratuit? à coût zéro ? Vous même en tant que veilleur, vous voulez être payé avec des cacahuètes? Même si c’est une personne sur un autre poste qui s’attèle à la veille, lorsqu’elle veille elle ne fait pas autre chose, et donc indirectement cela a un coût…?

Il me semble éminemment dangereux de continuer à faire croire à un employeur potentiel que l’on peut mettre en place une veille à coût zéro le tout afin de justifier son poste éventuel.

La veille et l’intelligence économique ça coûte des sous! Et ça peut en rapporter aussi si c’est bien fait!

Et non! Je m’inscris, en faux en tout cas en partie, sur ce que dit Alain Juillet : certes on trouve beaucoup d’informations sur Internet mais c”est une information massive et souvent sans grande valeur. L’information de valeur trouvée sur Internet est une pépite rare ou découle souvent d’un lourd (et coûteux) processus. L’information blanche y compis à un coût. En effet, on inclus dans l’information blanche l’information publiquement accessible gratuitement ou à un coût non discriminant en terme d’accessibilité pour les acteurs économique en présence (rapports, et études faisant partie de ce package).

Je ne sais pas non plus quels sites de CCI ou CRCI Monsieur Juillet va visiter mais je ne suis pas bien persuadé qu’ils consitutent à ce jour une ressource primordiale pour la veille spécialisée / sectorielle sauf rares exceptions.

Attention, ce n’est pas une critique envers les CCI ou CRCI, mais une constatation. De plus pour y avoir travailler je sais qu’on leur attribue aussi de grands objectifs et qu’à eux aussi on leur dit que l’information ça ne coûte rien et donc qu’ils n’auront pas de budget “information”. Résultat : des budgets de développement disproportionnés pour héberger une information à trés faible valeur ajoutée.

Et bien que ce ne soit pas dit, c’est lourdement sous entendu dans cette réponse, comme cela était d’ailleurs clairement dit par Bernard Carayon lors de sa tournée en France : “On trouve tout sur Internet. L’intelligence économique ça ne coûte rien!” Une phrase qui me fait encore dresser les cheveux sur ma tête et qui a aussi fait se dresser ceux des responsables des formations en intelligence économique dans la salle.

Tags : ,

Aucun commentaire pour le moment.

Laisser une réponse