Wikipédia trafiquée pour donner raison à Nicolas Sarkozy

Lors du débat qui a opposé Ségolène Royal à Nicolas Sarkozy, des internautes ont modifié le contenu d’un article pour justifier les affirmations pourtant erronées du candidat de l’UMP.

Peut-on faire confiance au contenu de l’encyclopédie collaborative en ligne Wikipédia ? Très certainement, mais à condition d’attendre, pour certains des sujets traités, que les passions s’apaisent. Le dernier exemple en date a été donné par le débat qui a opposé, mercredi 2 mai, Nicolas Sarkozy à Ségolène Royal.

Une polémique entre les deux candidats à l’Elysée a ainsi fourni le prétexte à un pataquès collaboratif sur Wikipédia. Il est 22 h 33. C’est le moment que choisit Nicolas Sarkozy pour aborder le sujet de l’EPR (réacteur pressurisé européen) que le candidat qualifie de réacteur nucléaire de« quatrième génération ». « Il va falloir que vous révisiez votre sujet : l’EPR, c’est la troisième génération des centrales nucléaires et non la quatrième », lui rétorque alors sa rivale Ségolène Royal.

Une question de génération

Sur Internet, pourtant, quelques minutes plus tard, la page de Wikipédia consacrée à l’EPR est modifiée pour indiquer qu’il s’agit effectivement d’un réacteur de quatrième génération. Que s’est-il passé ? Selon le site d’actualités sur la sécurité informatique Zataz, des internautes se sont précipités sur l’encyclopédie pour effectuer une modification conforme aux déclarations de leur candidat préféré.

Le jeu de yo-yo, c’est-à-dire de modifications et de remises à jour, s’est semble-t-il poursuivi jusque tard dans la soirée. A 0 h 28, un administrateur de l’encyclopédie décide de« semi-protéger » la page pour éviter toutes manipulations, rapporte le site du journalLe Monde. Avec ce filtre, qui n’autorise que les utilisateurs inscrits depuis plus de quatre jours à modifier ou à enrichir un article, les choses s’apaisent et tout rentre dans l’ordre.

Auteur : Philippe Crouzillacq – 01net. – Le 9 mai 2007

Aucun commentaire pour le moment.

Laisser une réponse