Ne vous jetez pas sur une clef USB qui traine

On parle souvent des frontières de ce que l’on peut faire et ne pas faire en intelligence économique, de la légalité (voire moralité) des ses actes dans le cadre d’une démarche d’intelligence économique.

Dans les pratiques un peu border line on peut lire avec intérêt l’article de "Gweth" sur le blog intelligence compétitive et stratégique en zone Cemac qui raconte comment une clef USB "perdue" ou "oubliée" chez un client / partenaire / concurrent peut représenter un grave danger pour peu que cet oubli ne soit pas totalement fortuit et que le tête en l’air ait truffé sa clef USB de troyens-spywares-virus-keylogger et autres joyeusetés.

En gros, lorsque vous trouvez une clé USB que vous ne connaissez pas, et si vous êtes dans un cadre professionnel (voire même personnel) ne vous dîtes pas "Ouah! Super c’est mon jour de chance. Une belle clé USB!" mais plutôt "Qu’est ce que ça fait là ca?" et prenez bien soin de la tester avec toutes les protections virales et firewalls qui vont bien dans ce genre de situations…voire même à le tester sur un poste informatique poubelle, coupé du réseau d’entreprise et pouvant servir à ce genre de choses.

PS : ca n’a rien à voir mais de mon côté, sur les recommandations de François Jeanne-Beylot, j’ai craqué pour une clef USB avec identification par empreinte digitale. Pas mal. Par contre au bout de 4 ou 5 essais, si votre empreinte n’est pas reconnue, l’identification par mot de passe vous est imposée.

Aucun commentaire pour le moment.

Laisser une réponse