Le côté obscur de l’intelligence économique

Le saviez vous ?

Yves Galland, Ancien ministre de la République (notamment du Commerce extérieur), dirigea la filiale française du géant Boeing, concurrent d’Airbus.

Henri Martre, Ancien patron d’Aérospatiale, promoteur de l’intelligence économique, a aussi conseillé à une époque le fonds d’investissement américain Carlyle, proche de la Maison-Blanche et de la CIA.

Clara Gaymard, ancienne présidente de l’Agence française pour les investissements internationaux, est à la tête des activités françaises du groupe américain General Electric.

La mairie de Paris, elle avait pris comme cabinet conseil pour les Jeux Olympique, le cabinet Andersen qui a tant défrayé la chronique aux USA.

Alain Juillet travaille pour le cabinet d’avocats américain Orrick où il a rejoint Pascal Clément, ancien ministre de la Justice, ou encore Bernard Attali, ancien patron d’Air France. Je vous conseille de relire “Des fonds gloutons à l’arrière goût de CIA” pour vous marrer. C’est vieux mais ça se mange sans fin.

Bon et alors là j’ai pas retrouvé mais il me semblerait me souvenir qu’un ancien collaborateur d’Alain Juillet, son bras droit même, Béchir Mana, un peu avant le départ d’Alain Juillet a débarqué d’un boeing de l’autre côté de l’Atlantique… Houston vous confirmez ?

Source (en partie) : Echelon Spy

Update du 30/05/2010 : Il s’agit de Béchir Mana, ancien bras droit d’Alain Juillet qui a rejoint le cabinet Kroll, en tant que responsable du bureau parisien

Tags: , , , , , ,

7 Réponses à “Le côté obscur de l’intelligence économique”

  1. Arnaud VELTEN 21 mai 2010 à 5 h 56 min #

    :)) Intérêt perso versus Intérêt du groupe ?

    Et si … il y a avait aussi une intelligence économique 2.0
    Comme nous vivons actuellement une transformation du monde 1.0 vers le monde 2.0

    Je discutait hier avec un interlocteur qui me disait …
    ” Oulalala il est trés ancienne école, style rapport Marthe …”

    L’intelligence économique comme les autres domaines va devoir évolué vers sa version 2.0

    Ce que tu souléves avec pertinence…
    C’est que maintenant, la memoire va étre definitive …
    Bien évidement on nous promets un droit à l’oubli …
    Mais … Nous stockons de plus en plus …

    Il va devenir priomordiale d’avoir une reflexion sur l’impact de ses choix à moyen et longs termes …

    Avons nous nous mêmes cette reflexion à l’égard de nos choix actuels ?

    😉

  2. Anakin 29 mai 2010 à 16 h 45 min #

    ET ALORS!!! Si Domenech devient selectionneur de la Tunisie, on dira quoi, ‘ côté obscur d Intelligence sportive’ . Moi j’appelle ça globalisation (ou mondialisation). Arretons d’être un peu naïf, et soyons pragmatique!

  3. Frédéric Martinet 30 mai 2010 à 9 h 03 min #

    Bonjour Anakin,
    Tout d’abord merci pour ton pseudo fort à propos. Anakin a eu beau lutter contre l’attrait du côté obscur pour finalement s’y engouffrer :)
    En ce qui me concerne je n’ai rien à faire que quelqu’un de nationalité française travaille pour une société américaine, russe ou chinoise…. Au contraire, je trouve cela normal. Chaque agent économique (individu) tend à maximiser son utilité (plaisir, profit, intérêts personnels,…)
    Là où je suis plus ennuyé c’est lorsque des personnes ayant exercé des charges ministérielles ou fonctionnariales, rémunérées par l’Etat français et surtout n’ayant eu de cesse de montrer du doigt l’ennemi américain (ou japonais ou chinois selon les époques), va finalement retourner sa veste pour se faire employer par le plus offrant.
    Et ce qui me gêne par dessus tout c’est ce discours ambiant, ridicule autour du patriotisme économique tenu par ces mêmes personnes et qui, on le voit bien ici justement, ne tient pas debout.
    Cerise su rle gâteau, cela finit de complètement décridibiliser l’intelligence économique auprès des chefs d’entreprises qui finalement voient bien qu’on leur raconte n’importe quoi sur les plateaux des conférences intelligence économique.

  4. Droit & Juste 8 juin 2010 à 7 h 51 min #

    Si des VIP de l’IE s’en vont c’est peut-être que l’Etat n’a pas su les garder…
    Pour conserver le savoir-faire et le secret , il faut voir une bonne politique de RH.
    Or l’Etat se doit de proposer à ses éminentes personnes des postes attractifs…
    C’est idem pour une PME/PMI qui veut garder une pépite dans son effectif met le paquet au niveau du salaire…
    L’état a t il une bonne gestion des RH? :-)….

  5. Frédéric Martinet 8 juin 2010 à 8 h 05 min #

    Bonjour Monsieur Mouton,
    Je ne peux qu’être totalement en phase avec ce que vous dites! D’ailleurs c’est le problème de la France, savoir identifier ses compétences et savoir se donner les moyens de les conserver !
    En intelligence économique mais bien évidemment ailleurs.
    Après quand on continue à entendre les mêmes discours des nouveaux responsables intelligence économique et que l’on regarde derrière, cela prête quand même à sourire ! :)

Trackbacks/Pingbacks

  1. Tweets that mention » Le côté obscur de l’intelligence économique | Actulligence.com | Veille Stratégique, Intelligence Economique -- Topsy.com - 20 mai 2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Pierre-Olivier Dybma, Annabelle Pelnier and Terry Zimmer, Frédéric Martinet. Frédéric Martinet said: Le côté obscur de l’intelligence économique | Actulligence.com | Veille Stratégique http://bit.ly/ccIQU0 […]

  2. Cactus Acide » » L’observatoire du neuromancien 05/21/2010 - 21 mai 2010

    […] » Le côté obscur de l’intelligence économique | Actulligence.com | Veille Stratégique, Intell… […]

Laisser une réponse