Influence, Klout et API

L’influence est un mot qui revient de façon récurrente lorsque l’on aborde l’e-réputation et sa mise en pratique.

L’influence est tout d’abord considérée comme une des clés d’analyse de son écosystème communautaire, clients, voire détracteurs mais aussi comme l’une des clés de pondération de ses relais d’opinion qu’ils soient pro ou anti.

Je ne reviendrai pas sur la notion d’influence. Elle a été définie, redéfinie et contre-définie qu’il s’agisse de la définition universitaire ou sous l”angle de vue de l’e-réputation.

Pour ma part j’aime à définir l’influence d’un individu, d’un média comme la capacité qu’a ce dernier à influencer le comportement de ceux avec qui il interagit (lecture, conversations, promotion, activisme, …) Je ne pense pas d’ailleurs être le premier à retenir cette définition et encore moins celui qui l’a le premier prononcé.  Plusieurs psychologues ou sociologues ont élaboré et enrichi cette définition en essayant également d’en déterminer les leviers de l’exercice de l’influence.

Mais voilà. Si cette influence peut-être facilement mesurable en vase clos, si il est envisageable de la déterminer pour un signal émis et précis et clairement isolable par celui qui reçoit le message d’influence (typiquement une campagne de publicité précise à un instant t), au niveau du Web cela est beaucoup plus difficile et surtout lorsque les messages d’influence peuvent être multiples et variés.

Se pose alors la question de la mesure de l’influence d’un site web, d’un blog, d’un twittos, d’un anonyme sur sa communauté d’amis.

Et je suis obligé de l’avouer, bien que je méprise la notion d’influence remisée à sa pure analyse quantitative, c’est à dire un chiffre synthétique qui découle de la compilation grossière de plusieurs métriques observables (nombre de followers, nombres de vidéos postées, nombre de likes, etc), Klout constitue un outil opérationnel, loin d’être parfait, mais qui comporte de nombreux avantages pour ceux qui veulent disposer d’un indicateur exploitable.

Le fonctionnement de Klout

Tout d’abord, rappelons le, Klout est un indicateur synthétique qui va de 1 à 100. A 0, inutile de rêver. Aucune agence de buzz-communication-billet_sponsorisé ne vous contactera. A 100, à vous les week-ends dans les palaces, le champagne et les divers avantages en bien et nature de toute sorte.

Pour que Klout puisse calculer cet indicateur deux possibilités :

  • Vous avez un compte Twitter et Klout pourra toujours scorer ce compte Twitter
  • Vous avez des comptes sur d’autres médias sociaux tels que Facebgook, Google+, Instagram, Flickr, etc et Klout pourra scorer ces comptes si l’utilisateur s’est inscrit sur www.Klout.com et a déclaré ces comptes. Dans l’idéal il aura déclaré plusieurs de ses comptes sur les médias sociaux ce qui permettra de scorer l’individu et non pas chacun des comptes de l’individu en question séparément.

Le score est donc calculé en fonction des métriques observables sur chacun de ces réseaux qui sont mesurées, mixées et régurgitées.

On peut dégager d’ores et déjà des avantages opérationnels que l’on peut tirer de l’exploitation de Klout :

  • La métrique est la même pour tous les médias sociaux ou pour toute combinaison de comptes de médias sociaux. Bien que cela ne soit pas parfait, cela facilite la comparaison et bien que cela soit risqué d’ajouter des choux et des carottes pour déduire l’âge du capitaine, cela a le mérite d’être faisable. Il suffit après de “redresser”, méthode bien connu des apprentis analystes. Clairement Klout mise alors sur sa bonne connaissance, tirée de ses observations, des coefficients de pondération du poids de chacun des réseaux dans le scoring final. D’ailleurs courant février, ce dernier a procédé à un ajustement de ces coefficients ce qui devrait encore survenir dans les mois à venir.
  • Si l’on évalue, sur le nom d’une marque ou d’un produit grand public, la proportion des tweets dans le nombre de citations de la dite marque entre 30 et 60 %. Le fait de pouvoir scorer tout compte Twitter est un avantage pour ceux qui veulent s’y retrouver dans le raz de marée de tweets et qui souhaitent faire la différence entre le quidam et THE Influenceur.
  • Klout s’oriente de plus en plus vers le “influence gaming”. En proposant un système de points interne à Klout, Klout injecte ses propres facteurs de scoring, endogènes à sa solution.Bien que cela doive être considéré comme un biais potentiel du scoring d’influence à l’extéérieur de Klout, cette stratégie comporte d’autres avantages pour Klout qui fait adhérer à son système de scoring des  utilisateurs plus nombreux qui doivent se déclarer pour en bénéficier et qui ont par ailleurs la possibilité de qualifier thématiquement chacun des utilisateurs de Klout. Ainsi Klout tente de lier analyse quantitative de l’influence et thématiques d’influence à travers une segmentation qualitative de ses utilisateurs qu’ils fournissent eux mêmes. (En distribuant des points Klout à d’autres utilisateurs de Klout ou en qualifiant un utilisateur Klout sur une thématique, j’ai plus de chance de recevoir des points Klout ou d’être thématisé par un tiers.)

Klout et les API

Comme toutes les solutions dites Web 2 qui ton le vent en poupe Klout a développé ses propres API (Application Programming Interface).

C’est indéniablement l’un des points qui fait de Klout une solution permettant d’envisager une industrialisation de la mesure de l’influence des internautes  produisant des contenus.

Et l’objectif de ce billet était bien de vous montrer ce qu’il est possible de faire avec les APIs de Klout.

Une API permet d’envoyer des données à une solution tierce et de lui demander de traiter ses données à l’intérieur de son système et de vous renvoyer les résultats du traitement effectué.

Sans rentrer dans le détail une API permet à un éditeur tel que Klout de :

  • Enrichir son écosystème de solutions reposant sur sa base de données et ses technologies en facilitant les interactions avec ce dernier (c’est par exemple ce qui a fait la force de Twitter qui a pu accélérer son développement en laissant à d’autres le soin de développer des interfaces logicielles ou Web de son infrastrucutre et de ses données.)
  • Maîtriser qui fait quoi avec ses données. En ouvrant des APIs, les solutions telles que Klout ou Twitter nécessitent de s’identifier auprès d’elles pour pouvoir interagir avec les données. Cela leur permet de savoir qui fait quoi et de maîtriser les quotas et accessoirement à terme de les monétiser.
  • Standardiser la façon d’interagir avec les données. Les APIs sont en effet toujours fournies avec un mode d’emploi.
  • Démocratiser la solution proposée en accroissant son exposition auprès du grand public.
  • De rester maître de ses données primaires qui ne sont plus dupliquées mais qui sont appelées.

Donc avant de travailler avec les APIs de Klout il vous faudra faire la demande d’une clé API d’identification qui sera nécessaire pour toutes les interactions avec l’infrastructure de Klout et il vous faudra, si vous en avez le courage, étudier la documentation (la V1 de l’API Klout devrait disparaître prochainement mais la V2 n’est encore qu’en béta).

Que permettent les APIs de Klout ?

Les APIs de Klout permettent d’obtenir différentes informations telles que :

  • Le score d’un compte à partir d’un nom ou d’une liste de noms de comptes Twitter
  • Le type d’influenceur qu’est un utilisateur (Klout définissant 4 grands types d’influenceurs en fonction de leur activité de publication, de leurs taux de rediffusion, de la structure de leur audience, etc.)
  • Les sujets sur lequel une personne est un utilisateur
  • Les personnes qui influencent un utilisateur ou un groupe d’utilisateurs
  • Les personnes qui sont influencées par un utilisateur ou un groupe d’utilisateurs

Les APIs de Klout ont de plus quelques avantages non négligeables qui sont d’être en GET et de fournir des sorties de données au format XML ou au format JSON. (Pour les novices le XML à l’avantage de s’ouvrir avec la plupart des tableurs type Excel de dernières version.)

Exercice pratique

En gros pour obtenir un beau fichier Excel de score de comptes détenus par Bouygues Télécom voilà comment nous pourrions procéder.

  1. Identification des comptes via Twitter search qui sur une simple requête “bouygues Télécom” nous fournit assez simplement les comptes suivant : bouyguestelecom, Helena_tel, b_and_you, bouyguestel, bouyguesnews
  2. Envoi d’une requête via l’API de Klout sur l’ensemble de ces comptes ce qui nous donne tout simplement une URL à saisir dans un navigateur qui ressemble à cela : http://api.klout.com/1/klout.xml?users=bouyguestelecom%2CHelena_tel%2Cb_and_you%2Cbouyguestel%2Cbouyguesnews&key=METTRE_ICI_VOTRE_CLE_API
  3. Réception des résultats au format XML qui vous donnera les éléments ci dessous pour le score par exemple :

<?xml version=”1.0″ encoding=”UTF-8″?>
<users>
<user>
<twitter_screen_name>bouyguestelecom</twitter_screen_name>
<kscore>57.96</kscore>
</user>
<user>
<twitter_screen_name>Helena_tel</twitter_screen_name>
<kscore>29.41</kscore>
</user>
<user>
<twitter_screen_name>b_and_you</twitter_screen_name>
<kscore>59.92</kscore>
</user>
<user>
<twitter_screen_name>bouyguesnews</twitter_screen_name>
<kscore>10.77</kscore>
</user>
</users>

que l’on pourra importer très simplement en enregistrant dans un Notepad avec extension XML et en ouvrant dans Excel par exemple. Pour les plus geeks, un import direct en base MySQL ou autre est relativement accessible également via, par exemple, des librairies telles que PHP XML Library, Magic Parser en PHP, et des librairies similaires existant dans les langages de programmation les plus courants ou bien étant directement fournis par ces mêmes langages.

Le nombre de comptes “scorables” en un seul appel étant relativement élevé (limité par la longueur de l’URL GET) on peut facilement mettre en place une solution simple, low cost, développée maison, pour enrichir les contenus collectés dans un dispositif d’e-réputation.

Pour aller plus loin il est également possible de rentrer dans une logique de modélisation et de cartographie des réseaux en vous appuyant sur les deux méthodes permettant de détecter les influenceurs et les influencés d’une liste de comptes Twitter envoyés à l’API. Une petite boucle informatique et vous voilà en train de construire une base de données structurée et scorée de comptes Twitter. Pour réaliser une cartographie de son écosystème par exemple 😉 ?

Exemple ci-après sur les comptes de Bouygues Télécom sur la commande “influencer of” :

<?xml version=”1.0″ encoding=”UTF-8″?>
<users>
<user>
<twitter_screen_name>
<screen_name>bouyguestelecom</screen_name>
<twitter_id>16557431</twitter_id>
</twitter_screen_name>
<influencees>
<twitter_screen_name>littletiger8</twitter_screen_name>
<kscore>19.27</kscore>
<twitter_screen_name>arsceniq</twitter_screen_name>
<kscore>16.49</kscore>
<twitter_screen_name>klabecot</twitter_screen_name>
<kscore>16.05</kscore>
<twitter_screen_name>matartine</twitter_screen_name>
<kscore>15.44</kscore>
<twitter_screen_name>mister_tropical</twitter_screen_name>
<kscore>14.99</kscore>
</influencees>
</user>
<user>
<twitter_screen_name>
<screen_name>Helena_tel</screen_name>
<twitter_id>34608636</twitter_id>
</twitter_screen_name>
<influencees>
<twitter_screen_name>ruzzan</twitter_screen_name>
<kscore>41.05</kscore>
<twitter_screen_name>echosdunet</twitter_screen_name>
<kscore>37.32</kscore>
<twitter_screen_name>le_koala_motard</twitter_screen_name>
<kscore>35.09</kscore>
<twitter_screen_name>fondationbytel</twitter_screen_name>
<kscore>33.92</kscore>
<twitter_screen_name>groupebouygues</twitter_screen_name>
<kscore>29.7</kscore>
</influencees>
</user>
<user>
<twitter_screen_name>
<screen_name>b_and_you</screen_name>
<twitter_id>323325885</twitter_id>
</twitter_screen_name>
<influencees>
<twitter_screen_name>zedeme</twitter_screen_name>
<kscore>28.26</kscore>
<twitter_screen_name>kefdef</twitter_screen_name>
<kscore>20.66</kscore>
<twitter_screen_name>behold_me</twitter_screen_name>
<kscore>20.17</kscore>
<twitter_screen_name>danielelkouby</twitter_screen_name>
<kscore>18.67</kscore>
<twitter_screen_name>dsccreation</twitter_screen_name>
<kscore>18.61</kscore>
</influencees>
</user>
<user>
<twitter_screen_name>
<screen_name>bouyguesnews</screen_name>
<twitter_id>130888957</twitter_id>
</twitter_screen_name>
<influencees>
<twitter_screen_name>craig2169</twitter_screen_name>
<kscore>32.74</kscore>
</influencees>
</user>
</users>

Exemple d'utilisation de la commande "influenceur de" de l'API Klout

qui nous montre par exemple d’un simple coup d’oeil que le compte BouyguesTelecom touche le grand public alors que le compte Helena_Tel est surtout repris par des comptes incestueux made in Bouygues et par les Echos du Net (et par deux autres comptes).

 Conclusion

Klout n’est pas la panacée pour mesurer l’influence dans ses moindres recoins socio-psycho-sociétaux-websitiques MAIS Klout, et particulièrement ses API, trouvent leur place dans les stratégies d’e-réputation et particulièrement dans celles qui doivent traiter avec un nombre important d’interlocuteurs et de contenus.

Klout est imprécis, Klout est synthétique, Klout est simplificateur mais Klout apporte des éléments de réponse, tout autant imparfaits qu’ils puissent être, alors que d’autres n’apportent des questions.

Par ailleurs les APIs de Klout, telles qu’elles sont construites, simplement, autour d’un appel GET, sont faciles à mettre en oeuvre et à intégrer, les résultats fournis reposant sur deux des principaux standards d’échange de données que sont JSON et GET.

Petit détail qui intéressera les amateurs de solutions de Social Media Monitoring par ailleurs, Radian6 a retenu Klout comme sa solution de scoring de l’influence et l’a intégré dans son interface Desktop (Radian 6 Engagement Console) et online.

N’oublions pas par ailleurs que la meilleure façon de connaître ses influenceurs est de disposer d’une connaissance humaine, les outils tels que Klout permettant alors surtout de mener des vérifications hors de ses frontières de connaissance, de réaliser des contrôles de cohérence ou des contrôles aléatoires ou bien encore de découvrir de nouveaux influenceurs potentiels.

Aller plus loin

Il existe d’autres indices d’influence tels que:

Pour ma part je trouve toutefois que les APIs de Klout offrent plus de possibilités.

Tags: , , , , , , , ,

Aucun commentaire pour le moment.

Laisser une réponse