La vérité sur les offres d’emploi en intelligence économique

Il y a à peu près deux ans maintenant, le Pôle Emploi faisait évoluer sa codification des métiers, alias code Rome, et y intégrait la compétence Intelligence Economique à travers différents code Rome.

Un grand pas pour l’intelligence économique et sa reconnaissance en tant que vraie compétences, en tout cas sur le papier.

Je m’étais fait l’écho de cette évolution positive pour le métier dans un article intitulé “Au chômage mais en intelligence économique” et j’avais également diffusé et commenté les offres d’emploi diffusés sous ces nouveaux intitulés [Offres d’emploi en intelligence économique : Statistiques Pôle Emploi]. Je passerai sur les polémiques diverses et variés dont l’interview d’un jeune diplômé en intelligence économique [Envoyé Spécial – 18 novembre 2010] qui a du se replier sur l’option secondaire professionnel-du-sandwich-dans-la-restauration-rapide et qui avait ému voire courroucé les différents responsables de formation.

Ce début de l’année 2012 me semblait donc le moment propice pour faire un petit point sur les offres d’emplois officiellement recensées par le Pôle Emploi sur les métiers de l’intelligence économique.

Donc concernant le champ d’étude j’ai retenu les codes ROME suivants, et plus particulièrement les métiers / fonctions citées après dans lesquelles l’appellation intelligence  économique est clairement stipulée.

Code Rome M1402 : Conseil en organisation et management d’entreprise et plus particulièrement à l’intérieur :

  • Consultant(e) en intelligence économique
  • Responsable intelligence économique
  • Responsable en knowledge management

Code Rome M1403 : études et prospectives socio-économiques et plus particulièrement :

  • Analyste en intelligence économique
  • Responsable veille stratégique.

Force est de constater que les offres d’emploi sur les dits métiers, 2 ans après leur apparition dans la nomenclature Rome ne sont toujours pas à la fête à Pôle Emploi. Pour l’année 2011, l’ensemble des 5 appellations ci-dessus n’a pas totalisé plus de 31 offres d’emploi soit entre une et deux offres d’emploi par trimestre et par appellation.

Ouch !!!! A mettre en parallèle avec les plus 2400 offres proposées sur l’ensemble de l’année par les Rome M1402 et M1403 à travers les 53 appellations de poste soit par appellation et par trimestre plus de 11 offres d’emplois. On peut donc dire que l’intelligence économique est faiblement contributrice aux offres d’emploi publiés à l’intérieur de ces code Rome.

Et on peut aussi dire que les employeurs ont rarement recours à ces appellations pour publier des offres d’emploi. Je ne tirerai pas encore de conclusions hâtives sur l’étroitesse du marché de l’emploi en intelligence économique…

Ci-après le tableau récapitulatif des statistiques que je viens d’énoncer.

2011 Trim. 1 2011 Trim. 2 2011 Trim. 3 2011 Trim. 4
ROME V3 853 674 914 596 907 205 761 882
M1402 Conseil en organisation et management d’entreprise 355 305 305 329
Consultant / Consultante en intelligence économique 1 4 2 4
Responsable en intelligence économique 2 1
Responsable en knowledge management 3 1 2
M1403 Études et prospectives socio-économiques 302 355 289 266
Analyste en intelligence économique 1 2 3
Responsable de veille stratégique 1 4 2 2

Et pendant ce temps là que se passe-t-il du côté des demandeurs d’emploi inscrits qui pointent au chômage ???

Là ce n’est plus la même histoire par contre. Les jeunes diplômés ou les personnes en recherche de reconversion ou les demandeurs d’emploi tout simplement, ont bien entendu parler ce ces métiers et l’on comptabilise sur l’année 2011 en moyenne 232 demandeurs d’emploi fin de  mois [moyenne établie selon les DEFM des 4 trimestres soit les DEFM enregistrées fin mars, fin juin, fin septembre et fin décembre] avec moins de 12 mois d’ancienneté dans le chômage… à rapprocher des 7 offres d’emploi par trimestre pour l’ensemble des 5 appellations retenues.

Toute durée dans le chômage confondue, ce même chiffre passe à 288, ce dernier point étant assez rassurant et signifiant (si l’on voit la coupe à moitié pleine) qu’au delà d’un an de chômage la proportion de demandeur d’emploi sur ces métiers diminue fortement et qu’ils ont donc peut-être trouvé un travail, ou bien, si l’on est pessimiste, qu’ils ont changé leur fusil d’épaule face à la rareté des offres.

L’on constate enfin que les métiers de consultant en intelligence économique et d’analyste en intelligence économique, sont les plus recherchés par les demandeurs d’emploi.

Ci-après je vous livre le tableau détaillé de ces demandes d’emploi sur l’ensemble de l’année 2011 (moyenne des 4 trimestres de 2011) :

< 12 mois < 24 mois 24 mois et plus
ROME tous confondus
3 188 240 941 733 897 552
M1402 Conseil en organisation et management d’entreprise 4 600 1263 935
Consultant / Consultante en intelligence économique 103 19 n.c.
Responsable en intelligence économique 17 6 12
Responsable en knowledge management 25 7 n.c.
M1403 Études et prospectives socio-économiques 2 500 773 789
Analyste en intelligence économique 60 8 n.c.
Responsable de veille stratégique 27 6 n.c

Tableau des demandeurs d’emploi fin de mois (moyenne établie sur les DEFM des 4 trimestres) sur les codes Rome M1402 et M1403 et plus particulièrement sur certaines appellations métiers.

Sans vouloir être alarmiste on peut donc quand même dire que le marché de l’emploi n’est pas des plus équilibrés si l’on en juge par l’écart considérable entre ceux qui demandent un poste en intelligence économique et ceux qui en proposent auprès de la même instance, à savoir Pôle Emploi.

Certes le marché de l’emploi en intelligence économique se fait beaucoup hors Pôle Emploi, et énormément par le réseau. Certes également certains utilisent des méthodes d’intelligence économique en se positionnant sur d’autres postes non clairement estampillés. Mais il semble quand même nécessaire de se demander pourquoi autant de gens s’inscrivent à Pôle Emploi en intelligence économique alors qu’il n’y a aucun poste qui soit proposé par les employeurs.

Le constat factuel qui émane de ces chiffres et que je fais reste par ailleurs assez représentatif de ce que je constate dans les métiers de l’intelligence économique : de nombreux jeunes arrivent sur le marché de l’emploi, sortant d’une formation en intelligence économique et espèrent trouver du travail. Nombreux sont ceux qui déchantent et qui se repositionnent alors sur leur formation initiale ou reprennent carrément une formation complémentaire.

Par ailleurs cette année, il semblerait que certaines formations estampillées intelligence économique qu’aient pu ouvrir leur porte faute d’effectifs ou bien ont du fusionner avec d’autres formations.

Je serais tenté de dire que cela est tout à fait rationnel, d’autant plus à un moment économique où les entreprises se recentrent sur l’essentiel et éliminent les fioritures.

En conclusion : toi qui cherche du boulot en intelligence économique, bon courage ! Et quoi qu’il en soit sois conscient que le Pôle Emploi n’est pas forcément l’endroit idéal pour en trouver.

Je peux te conseiller par exemple le site incontournable de www.veille-et-tic.fr !

Ce billet est aussi l’occasion pour moi de dire aux recruteurs en intelligence économique et en veille que s’ils le souhaitent ils peuvent m’envoyer leurs offres d’emploi. Je me ferai un plaisir de les diffuser et j’ouvre pour cela dès à présent la rubrique “offres d’emploi”. [Par contre les offres de stage ne seront pas les bienvenues].

Bien évidemment, les offres d’emploi en intelligence économique sont également les bienvenues au Pôle Emploi : 3995 (0,15 € / minute) ou sur www.pole-emploi.fr

Tags: , , , , , , , , , , ,

12 Réponses à “La vérité sur les offres d’emploi en intelligence économique”

  1. Thitoum 2 mai 2012 à 10 h 10 min #

    Bon article dans la mesure où vous avez comparé avec les codes ROME de Pôle Emploi.
    Si je peux apporter ma modeste analyse d’étudiant en IE d’un point de vue technique (5 stages/alternance au total). Je dirais que beaucoup d’offres ne sont pas pourvues en matière d’IE et restent dans les limbes des sites d’offres d’emploi, faute -à mon avis- aux catégories inadaptées.
    En effet si l’on cherche une offre en IE, quelle serait la catégorie la plus adaptée : marketing, stratégie, “autres”? De plus beaucoup d’entreprises ne publient pas ces offres sur les sites d’emploi c’est alors à l’étudiant d’aller dans les pages recrutement et emploi pour trouver ces offres.
    Par exemple de base voici trois offres datant de moins d’une semaine trouvées en quelques minutes :
    http://www.studyrama.com/stages-emploi/stages/offre-stage.html?id_offre=124349
    http://www.pacajob.com/clients/offres_chartees/dcns_modele_palmares.aspx?numoffre=165742&de=consultation
    http://www.bitdefender.fr/site/Careers/viewJob/326/Community-Manager-.html
    Il suffit de voir dans quelle catégorie est la 2ème offre “Direction / Entreprenariat”…

    Outre ce souci qui empêche d’avoir une visibilité sur les offres d’emploi, je ne me risquerais pas

    • Frederic 2 mai 2012 à 17 h 29 min #

      Bonjour Thitoum,

      Merci. L’objectif de ce billet était bien de faire un retour sur les offres officiellement estampillées intelligence économique selon la dernière nomenclature ROME (V3) qui a été la première à faire apparaître le terme intelligence économique. C’était déjà un gros progrès pour ceux qui cherchent un emploi dans le secteur et que l’on mettait jusque là en “informatique” ou en “documentaliste” ou “consultant (divers et variés)”. Et j’y ai été personnellement confronté donc je sais de quoi je parle….

      Maintenant pour les offres que vous mentionnez elles ont leur propres règles de codification / catégorisation. C’est déjà dommage en soit et clairement cela ne facilite pas les choses.

      L’autre problème est de toute évidence que le terme intelligence économique est méconnu ET que de surcroit quand des postes sont proposés avec une composante intelligence économique ou bien nécessitant certaines compétences enseignées dans des formations intelligence économique, le terme ne figure pas en tant que tel.

      Donc je n’ai pas de réponse à vous apporter à la question : ” si l’on cherche une offre en IE, quelle serait la catégorie la plus adaptée : marketing, stratégie, « autres »? ” …

      L’avantage des offres d’emploi proposées sous les appellations métiers comportant intelligence économique dans les codes ROME M1402 et M1403 et que vous serez certains de faire face à un employeur qui recherche bien des compétences voire une formation en intelligence économique.

      Mais fort heureusement le marché de l’emploi en intelligence économique n’est pas limité aux offres de Pôle Emploi et non plus limité à ces simples appellations métiers.

      Ne nous leurrons toutefois pas et cessons quand même de nous mentir l’intelligence économique en tant que tel trouve peu de poste à plein temps et le marché de l’emploi sur ce créneau est en fort déséquilibre. Je vous laisse deviner le sens du déséquilibre…

  2. stéphanie 2 mai 2012 à 10 h 25 min #

    merci pour ton billet Fred

    toi qui cherche du boulot en intelligence économique va aussi à l’étranger, cela peut aussi t’aider..^^

    Autrement pour des offres en Veille il y a aussi le site Poledocumentation qui recense également des offres en CM, Documentation : http://www.poledocumentation.fr/

    Enfin il serait intéressant de connaître le taux d’auto-entreprises crées en Veille / IE depuis 2009. Combien de chômeurs spécialisés en Veille pensent à créer leur auto-entreprise faute de trouver un emploi en entreprise ??

    • Frédéric Martinet 2 mai 2012 à 17 h 06 min #

      Salut Stéphanie,

      Tout à fait d’accord sur ton constat sur l’international. Les jobs de business analysts ou bien encore d’information researchers sont assez prisés outre manche. D’ailleurs si certains sont intéressés j’ai quelques points d’entrée intéressants sur le sujet.

      Merci pour le lien sur poledocumentation. Dommage que les offres d’emploi ne soient pas en ligne mais uniquement accessibles par mailing lists.

      Concernant les stats sur les créations en auto-entreprise, je n’ai pas la donnée et je doute qu’elle soit accessible… Pour le coup la nomenclature NAF ne fait rien paraître sous l’intitulé intelligence économique donc impossible de savoir.

  3. Christophe 3 mai 2012 à 8 h 18 min #

    Diplômé depuis 1 an en IE, je n’ai pas encore connu le chômage, mais il est vrai que ma recherche actuelle (avant la fin de mon contrat en juin) s’annonce très ardue…

    Mon profil est assez spécifique car j’ai eu une formation plutôt littéraire avant d’enter dans la spé IE (sciences politiques et relations internationales). Je pense que l’IE a été vu comme une niche d’emploi à une époque et les offres de formations se sont multipliées à trop grande échelle par rapport aux offres proposées…

  4. Chems 3 mai 2012 à 13 h 38 min #

    Cet article est excellent et je vous en remercie. Diplômé depuis 8 mois, avec une sensibilité informatique de gestion,je n’ai toujours pas trouvé d’emploi. J’avoue m’être attendu à plus de volonté de la part des entreprises, car en cette période de crise, j’aurais pensé que les problématiques de restructurations (Knowledge Management, veilles commerciales et/ou décentralisées…) auraient eu le vent en poupe.

    En attendant, twitter, viadeo et linkedin sont mes amis, peut être foursquare et pinterest dans un futur proche …

    Encore merci pour cet article,

    Chems

  5. Lilian 3 mai 2012 à 21 h 05 min #

    Bonsoir,
    Merci pour cet article qui résume le naufrage de la discipline en France.
    En utilisant indeed on arrive parfois a récupérer quelques annonces, et certaines offres dans les pages recrutement des CCI.
    Mais force de reconnaitre qu’à part quelques missions “one shot” pour des PME (et encore diagnostic vulnérabilités en Securite Economique), cela reste un marche de niche ou cooptation et bouche a oreille restent les deux passerelles d’entrees.
    Pour ma part je suis revenu au conseil dans la lutte contre les malveillances, avec quelques demandes ponctuelles en IE défensive (souvent en package gratuit prediagnostic).
    Serai heureux de connaître si il existe vraiment des pros qui arrivent a vivre décemment du métier.
    Bon courage a toutes et tous

  6. Lilian 3 mai 2012 à 21 h 11 min #

    Une annonce qui pourrait peut être intéresser des personnes, Goldman Sachs recherche son “communauty manager”, compte tenu de la réputation de la banque, ces dernières années, le perimetre a couvrir peut être passionant.
    Cdt

  7. Patrick 10 mai 2012 à 13 h 50 min #

    Bonjour Frédéric,

    “toi qui cherche du boulot en intelligence économique, bon courage !” : j’ai traité le sujet sous un autre angle, il y a peu : http://patrickcuenot.wordpress.com/2012/02/01/charge-de-veille-faut-il-flinguer-les-seniors/

    Une chose me surprend, néanmoins.

    L’un des piliers qui soutient l’Intelligence Economique, et qui fait partie du référentiel de formation, est l’influence, qui peut se définir comme l’intervention suggestive et non contraignante d’un agent s’exprimant ou agissant à visage découvert sur un autre afin de modifier son comportement ou sa perception de l’environnement.

    Or, il semble que nous autres “pro” de l’IE, en principe rompus au techniques d’influence (qui n’a rien à voir avec la manipulation, comme chacun le sait) ne sommes pas capables d’influencer les entreprises pour les amener à recruter des diplômés en Intelligence Economique.

    Un étrange paradoxe, en vérité, qui tend à décrédibiliser la matière que nous défendons et offre aux professionnels du commerce et du marketing (qui, eux aussi, pratiquent l’influence), des boulevards pour occuper des postes et des fonctions auxquels les diplômés en IE pourraient prétendre.

    Du coup, je m’interroge : et si les établissements qui enseignent l’IE intégraient des cours de TRE (Techniques de Recherche d’Emploi), mais traités sous le prisme de l’influence ?

    Voilà qui, en tout cas, illustre parfaitement le vieil adage selon lequel les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés.

  8. rona 16 mai 2013 à 17 h 39 min #

    Bonjour,

    Comment peut-on trouver des postes de chargé de veille ? Y a t-il un marché caché, faut- il “faire du réseau” ? Merci,

    • Frédéric Martinet 22 mai 2013 à 22 h 30 min #

      réseau :) Marché souterrain des offres d’emploi, etc… Bref, ne comptez pas trop sur le Pôle Emploi :) Bon courage.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Un chargé de Veille s’intéresse aux exposants d’IEXPO « Chronique d'un chargé de veille - 6 juin 2012

    […] et de leurs compétences auprès des entreprises, et le travail pédagogique nécessaire à l’insertion professionnelle souvent difficile des jeunes diplômés sortis des formations en veille et IE, notamment en expliquant aux […]

Laisser une réponse à Christophe