[CP] Lancement de l’Ecole Européenne d’Intelligence Economique

Benoît de Saint Sernin, celui là même qui fut aussi à l’origine de la création de l’Ecole de Guerre Economique ouvrira dès l’année universitaire 2006-2007 l’Ecole Européenne d’Intelligence Economique. Une large partie des enseignements est consacrée à la réalisation de projets professionnalisant rémunérés et commandités par des entreprises.

Dans la réalisation de sa mission, Monsieur de Saint Sernin sera soutenu par les incontournables Bernard Besson et François Jakobiak.


L’enseignement de l’Intelligence Economique passe de la théorie à la pratique grâce à une démarche pédagogique unique en France !

L’Ecole Européenne d’Intelligence Economique ouvre ses portes en septembre 2006 à Versailles.

Une discipline d’avenir
Dans sa définition la plus simple : «l’Intelligence économique c’est rechercher, traiter et diffuser l’information».
Aujourd’hui, il existe de véritables outils pour anticiper les OPA agressives, la modification des normes européennes, l’évolution des tendances du marché (concurrents, brevets, normes européennes, industrialisation des brevets, etc.)
Toute entreprise doit être à l’affût des informations qui la concernent.
L’information est devenue LA matière première essentielle, c’est pourquoi les étudiants, les entreprises et les politiques s’y intéressent de plus en plus. La F! rance est, en outre, très en retard dans ce domaine principalement par rapport aux Anglo-saxons et aux Japonais.

Une démarche pédagogique unique en France organisée en 3 modules
Aujourd’hui, pour entrer dans le monde de l’entreprise, l’acquis des connaissances ne suffit pas, il faut y associer du savoir-faire.
C’est pourquoi le premier objectif de la démarche pédagogique de l’EEIE, au delà de la transmission de connaissance est de « professionnaliser » les étudiants.

1) Le module méthodologie (400h)
Il est dispensé par des professionnels pratiquant tous l’Intelligence Economique en entreprise.

2) Le module « professionnalisant » (1 200h).
Pendant ce module, les élèves sont considérés comme de véritables professionnels de l’IE. Ils sont responsables d’une ou plusieurs problématiques de développement.
Les enseignants deviennent alors un consortium d’experts à la disposition des élèv! es pour résoudre chacune des missions.
Le fait que ces cas pratiques soient commandés et rémunérés par les entreprises est déterminant. Non seulement les étudiants perçoivent une indemnité, ce qui est unique à ce jour dans les troisièmes cycles d’intelligence Economique, mais surtout, ils sont confrontés à la notion d’obligation de résultat comme cela se fait en entreprise. Enfin, autre avantage de cette formule : les étudiants sont en relation quotidienne avec ceux qui, demain, pourront les recruter !

3) Le module « d’aide à l’embauche » (45h)
« Connaissances » et « savoir faire » acquis, encore faut-il savoir les valoriser !
C’est pourquoi l’EEIE a mis en place ce module piloté par un cabinet d’out-placement spécialisé dans la recherche du premier emploi.

Un corps professoral composé d’experts
Des acteurs majeurs de l’Intelligence Economique ont accepté de rejoindre l’EEIE car le projet pédagogique correspond exactement aux attentes des entreprises qu’ils conseillent depuis plus de 10 ans.
François Jakobiak, ancien membre de la commission Martre en 1992 et, récemment, en 2004 membre de la commission pour la formation en Intelligence Economique d’Alain Juillet au SGDN.
Bernard Besson, Contrôleur Général de la Police Nationale, chargé de mission auprès du Haut Responsable à l’Intelligence Economique au cabinet du Premier Ministre.
Pour compléter ces compétences très spécifiques d’Intelligence Economique, l’EEIE a fait appel à Christian Langevin, pionner des logiciels de veille en France et co-auteur récemment du Livre Blanc « l’entreprise dans l’économie de la connaissance », mais aussi à un commandant de Gendarmerie, membre du GIGN, spécialiste du renseignement en cas de crise.

Le fondateur
Benoît de Saint Sernin
, est le fondateur et le directeur de l’EEIE. Benoît de Saint Sernin est le co-fondateur avec Christian Harbulot de l’Ecole de Guerre Economique en 1997. Il a ensuite dirigé le marketing et la communication d’ING BANK France, puis il a été le directeur de la communication de Disneyland Resort Paris. « Nourri par mes différentes expériences, je suis convaincu de l’utilité de L’IE. C’est une matière neuve dont les méthodologies sont déjà très opérationnelles, non seulement pour permettre aux entreprises de se protéger mais surtout de se développer »

Localisation, critères et modalités d’inscription :

L’EEIE est implantée à l’extrémité de l’une des ailes du château de Versailles.

l’EEIE s’adresse à des étudiants de niveau bac + 4 ou bac + 5, ou à des cadres en activité depuis plus de 5 ans.

Une deuxième langue et/ou un bon niveau d’anglais
sont obligatoires.

La sélection se fait sur dossier puis sur entretien individuel.
Durée de la formation : 1 645h (cours et cas pratiques)

L’inscription se fait gratuitement, en ligne (www.eeie.fr)

Nombre de pla! ces : 45 maximum
Pour toutes informations complémentaires : www.eeie.fr

Contact Presse et Informations
Chupa Renié
Tél. 06 60 28 31 00
Mail : chupa.renie@eeie.fr

Aucun commentaire pour le moment.

Laisser une réponse